Les petites conversations, ça marche !

Un jour, peu après leur arrivée à Edmonton en provenance des Philippines, Ria et son fils ont insisté pour prendre le bus pour se rendre à un musée au lieu d’attendre que son oncle les conduise. Elle voulait être plus indépendante pour se déplacer dans la ville après tout. À l’arrêt de bus, elle a demandé à un monsieur s’ils étaient sur le bon itinéraire. Il a confirmé et a commencé à discuter avec Ria. Familiarisée avec la culture canadienne et le small talk, grâce au cours Soft Skills de SOPA : Communication professionnelle, Ria a discuté avec le monsieur et lui a dit qu’elle était infirmière. Elle s’est également souvenue du conseil de son animateur de Stratégies de recherche d’emploi de toujours emporter un carnet de notes avec elle. Ainsi, lorsque le monsieur lui a dit qu’il connaissait une opportunité d’emploi dans son domaine, elle a sorti son carnet et a noté tous les détails.

Après avoir postulé pour un poste d’aide-soignante et participé à son tout premier entretien d’embauche au Canada, Ria s’est vu offrir le poste, deux mois seulement après son arrivée.

« J’ai trouvé cette opportunité d’emploi grâce à ce que j’ai appris dans les cours de la SOPA ! Cette conversation à un arrêt de bus m’a montré que le small talk et le networking sont très importants au Canada. » Ria

Ria ajoute : « J’ai appliqué toutes les stratégies que j’ai apprises avec SOPA, de la rédaction d’un CV canadien à la confiance en soi lors d’un entretien d’embauche. »

Son installation à Edmonton avec son fils de 14 ans se déroule sans problème. Quelques mois après leur arrivée, ils ont pu obtenir leur propre appartement et Ria a commencé à travailler pour obtenir un certificat de répondant médical d’urgence (EMR). Son objectif de carrière à court terme est de devenir un EMR agréé, tandis qu’à plus long terme, elle espère travailler comme infirmière, en se spécialisant en psychiatrie. Le fils de Ria est inscrit au tableau d’honneur et fait partie de l’équipe universitaire de basket-ball de l’école.

« Nous nous en sortons très bien et nous nous adaptons très vite à la culture et à la société canadiennes, et c’est principalement parce que la SOPA nous a si bien préparés.« Ria

– Rubirose Ong

Facilitateur de la communication culturelle

L’équipe de la SOPA en Alberta